CULTURE DOG MOM LECTURE

Ma bibliographie canine

30 novembre 2021

« Tu as éduqué ton chien en te basant uniquement sur des livres ? C’est vraiment possible ça ? »

Avant l’arrivée de Peanut à l’appartement, je ne connaissais absolument rien aux chiens, vraiment absolument rien. Je ne savais pas quelles étaient les étapes clefs de leur développement, j’étais incapable de comprendre leur manière de communiquer et je ne connaissais même pas les règles de bases de l’éducation canine. Adopter un chien c’était mon grand rêve et à l’époque il était encore un peu flou. Mais j’étais pleine de bonne volonté. Je n’étais pas vétérinaire, je n’étais pas comportementaliste et je n’étais pas non plus éducatrice canin. Et je ne le suis toujours pas au moment où je rédige ces mots. Tout ce que je sais sur les chiens aujourd’hui, je l’ai appris dans les livres (et en observant Peanut interagir avec son environnement).

« Tout se joue avant un an – Les règles d’or de l’éducation positive », Dr. Jean Cuvelier et Jean-Yves Gral, Larousse.

C’est définitivement le livre que j’ai le plus utilisé pour l’éducation de Peanut jusqu’à aujourd’hui (et c’est aussi celui sur lequel je me baserai à nouveau le jour où j’adopterai un deuxième chien). Cet ouvrage est rédigé comme un manuel pédagogique entièrement consacré à l’éducation positive. C’est-à-dire une éducation qui prend en compte le caractère, l’instinct et les besoins du chien et qui se base sur le renforcement positif des bons comportements et sur l’ignorance des mauvais. Au-delà d’expliquer comment éduquer un chien en utilisant les méthodes d’éducation positive, l’auteur retrace la chronologie du développement du chiot, propose différentes techniques de rééducation positive et consacre même tout un chapitre sur ce que signifie être un bon maitre. La relation que j’ai réussi à construire avec Peanut, je sais que je la dois en partie aux conseils de ce livre. C’est de loin l’ouvrage qui m’a été le plus utile pour l’éducation de mon chien (et c’est encore aujourd’hui l’une de mes lectures préférées).

« Éduquer son chiot – 100 fiches pour éduquer son chiot », Caroline Davis, Marabout.

On retrouve dans ce livre un peu moins d’une centaine de fiches qui traitent de différents sujets liés à l’éducation canine, à la santé du chien et à son bien-être. J’ai personnellement choisi d’utiliser cet ouvrage comme un outil complémentaire pour l’éducation de Peanut et je pense que c’est de cette manière qu’il doit être exploité. C’est un livre que j’ai trouvé intéressant les premiers mois qui ont suivi l’adoption de mon petit compagnon à quatre pattes, mais que je trouve aujourd’hui trop rudimentaire. Je pense qu’il est destiné aux maitres qui manquent d’expérience et qu’il n’apprendra que peu de choses à un maitre plus expérimenté. Même si l’ouvrage peut sembler assez complet au premier abord, l’auteure ne rentre jamais réellement dans les détails et ne fait que survoler les thématiques abordées. Chaque sujet est traité de manière à ce que les explications soient le plus claires, le plus simples et le plus concises possible (peut-être même un peu trop, malheureusement).

« Dans la peau d’un chien », Alexandra Horowitz, Champs.

J’ai un peu de mal à trouver les mots pour décrire ce livre parce qu’il est assez différent des autres. Ce n’est pas vraiment un ouvrage dédié à l’éducation canine et ce n’est pas vraiment un manuel. C’est une approche scientifique du comportement du chien (sous la forme d’une étude éthologique). J’ai trouvé ce livre très intéressant, même si je ne l’ai pas toujours trouvé facile à lire. C’est un ouvrage que je conseillerais plutôt aux personnes qui ont déjà acquis les bases de la communication canine et qui souhaitent en apprendre un peu plus sur le comportement du chien (parce que je pense que ce livre est un peu trop lourd, complet et détaillé pour être une bonne première approche du sujet).

« Faire perdre ses mauvaises habitudes à son chien », Colin Tennant, Marabout.

Je trouve le sujet de ce livre très intéressant parce qu’il traite des mauvaises habitudes déjà ancrées chez le chien et propose des solutions à mettre en place pour supprimer (ou au moins atténuer) ces comportements problématiques. Cependant, ce n’est définitivement pas un ouvrage que j’utiliserais comme référence pour l’éducation de Peanut. Même si le livre est complet, même s’il donne de bonnes pistes de réflexion. Je trouve les suggestions de l’auteur beaucoup trop strictes pour de simples chiens de famille et je ne partage pas sa vision de l’éducation canine (qui se base uniquement sur l’instinct de dominance du chien et sur la nécessité de s’imposer comme chef de meute face à son compagnon à quatre pattes).

« Tout ce que mon chien veut me dire », Heike Schmidt-Röger, Marabout.

Ce livre est en quelque sorte un mini guide de la communication canine qui a pour vocation d’apprendre aux lecteurs à décrypter les comportements du chien. C’est avec cet ouvrage que j’ai commencé à réellement m’intéresser à la communication non verbale du chien et à accorder beaucoup plus d’attention à ce que Peanut essayait de me dire. C’est un livre intéressant pour une première approche de la communication canine (ou pour sensibiliser les plus jeunes aux messages envoyés par le chien), mais ce n’est définitivement pas l’ouvrage le plus complet sur le sujet.

« Sport cérébral pour mon chien », Christina Sondermann, Éditions Ulmer.

On retrouve dans ce livre une vingtaine d’exercices de réflexion et de débrouillardise à mettre en place avec des objets du quotidien pour stimuler l’intelligence du chien sous forme de jeu. C’est très bien expliqué, facile à appliquer et ça ne demande aucun équipement. C’est un livre que j’aime beaucoup et que je conseille à toutes les personnes qui veulent s’essayer aux jeux d’intelligence avec leur compagnon à quatre pattes. Je n’ai pas (encore) d’autres ouvrages sur cette thématique dans ma bibliothèque, mais je trouve les activités cérébrales très enrichissantes pour le chien (et ce livre est parfait pour débuter, s’améliorer et trouver de nouvelles idées d’exercices).

« Un chien bien élevé : Apprenez-lui les bonnes manières », Matthew Hoffman, Könemann.

En quelques mots, ce n’est rien de plus qu’un vieux livre avec de vieilles idées (complètement dépassées) sur l’éducation canine.

« Ouaf !! Le guide du parler chien », Dr. Jean Cuvelier , Larousse.

Comme « Tout ce que mon chien veut me dire » de Heike Schmidt-Röger, ce livre a pour vocation d’apprendre aux lecteurs à décrypter les comportements du chien pour mieux le comprendre. Les deux ouvrages se ressemblent fortement au niveau de leur thématique et de leur contenu, mais je trouve tout de même celui-ci un peu plus complet que le précédent. Cependant, les informations présentes dans le livre restent assez rudimentaires puisque l’auteur n’aborde que des bases de la communication non verbale du chien (sans jamais réellement rentrer dans les détails). C’est donc également un ouvrage que je considère comme intéressant pour une première approche de la communication canine.

« Les Signaux d’apaisement : les bases de la communication canine », Turid Rugaas, Les éditions du Génie Canin.

J’ai adoré ce livre, tout simplement. Il a complètement changé ma vision de la communication canine et il m’a beaucoup aidé à comprendre Peanut. J’ai longtemps pensé qu’elle ne savait pas bien parler chien. Et sans cet ouvrage, je ne me serais peut-être jamais rendu compte que j’avais tort et je n’aurais peut-être jamais remarqué tous les messages qu’elle parvient à faire passer aux autres chiens (et à moi-même). Ce livre a contribué à améliorer ma relation avec Peanut et il m’a appris à communiquer avec elle. C’est une véritable source d’informations, d’apprentissages et de remises en question pour les maitres. Je pense sincèrement que c’est un livre que tous les propriétaires de chien devraient lire au moins une fois dans leur vie.

« Dominance, mythe ou réalité », Barry Eaton, Les éditions du Génie Canin.

Je trouve le sujet de ce livre vraiment intéressant (et vraiment important) parce qu’il traite de la croyance selon laquelle un maitre doit s’imposer comme chef de meute et dominer son chien pour l’éduquer. Les méthodes coercitives (aussi appelées méthodes traditionnelles) sont à l’opposé de celles de l’éducation positive. Et elles sont encore très souvent utilisées et trop peu remises en question par certains vétérinaires et éducateurs canins. Dans cet ouvrage, l’auteur revient sur l’origine du mythe de la dominance du chien et déconstruit complètement ce préjugé (et par la même occasion la nécessité de devoir dominer son chien pour l’obliger à obéir). Je pense que c’est également un livre que tous les propriétaires de chien devraient lire.

4

Vous aimerez peut-être

2 Commentaires

  • Répondre Isabelle 9 février 2022 à 00:39

    Génial! Merci pour les conseils!

    • Répondre Jessie Alaimo 9 février 2022 à 08:32

      Avec grand plaisir, merci d’avoir pris le temps de m’écrire ! 🖤

    Laisser un commentaire