DOG MOM LIFESTYLE

Voyager avec son chien

17 juillet 2022

« Comment préparer un voyage avec son chien ? »

Quand Mélodye, mon acolyte de promenades préférée, m’a proposée de partir à l’aventure quelques jours avec nos compagnons à quatre pattes, je pense que c’est l’une des toutes premières questions que je me suis posée. Et comme je n’avais encore jamais réellement voyager avec Peanut auparavant, je me suis lancée (presque immédiatement) dans de longues recherches pour préparer au mieux mon tout premier voyage avec elle (et j’ai bien évidemment rempli un cahier brouillon de notes pour pouvoir rédiger un article comme celui-ci à mon retour).

Avant le départ

Choisir son logement

Avant toute autre chose, il faut trouver un logement qui accepte les voyageurs à quatre pattes (et je préfère préciser qu’au-delà d’être une règle de bienséance, c’est aussi obligatoire). À l’heure actuelle, il y a beaucoup d’hôtels, de Airbnb et de campings qui acceptent les chiens. Et même s’il est vrai que cela réduit un peu la liste des logements disponibles dans la région où l’on souhaite se rendre et que cela demande d’effectuer un peu plus de recherches, c’est vraiment loin d’être impossible (surtout avec tous les outils dont on dispose aujourd’hui sur le web). En faisant quelques recherches, j’ai également lu et entendu à plusieurs reprises qu’il était préférable de contacter les propriétaires pour les avertir de la présence d’animaux parmi les voyageurs (surtout lorsque l’on voyage avec plusieurs chiens ou avec des chiens de catégorie 1 et/ou de catégorie 2 qui sont interdits dans certains pays — comme au Royaume-Uni et en Allemagne, et/ou qui nécessitent un permis de détention — comme en France).

Prendre rendez-vous chez son vétérinaire

C’est une étape importante qu’il ne faut pas négliger si on souhaite partir à l’aventure avec son petit compagnon (d’ailleurs, je conseille de contacter le vétérinaire au moins trois mois avant le départ pour être sûr que tout soit en ordre le jour j). En règle générale, le chien doit être en ordre de vaccins pour pouvoir voyager (et la liste des vaccins obligatoires peut varier en fonction du pays de destination). Mais je pense que l’idéal, c’est de prendre le temps de discuter de tout cela avec le vétérinaire parce qu’il aura certainement des conseils de prévention particuliers pour chaque chien et chaque destination (il vous recommandera très certainement de donner un vermifuge et un produit anti-parasites quelques jours avant le départ, par exemple).

Prendre rendez-vous chez son vétérinaire, c’est aussi l’occasion de mettre à jour le carnet de santé et le passeport du chien (puisque c’est obligatoire lorsque l’on voyage à l’étranger), de demander une attestation de bonne santé et de vérifier avec un professionnel que le chien peut se rendre sur le lieu de destination (même si cela ne concerne que les maitres de chiens de catégorie 1 et/ou de catégorie 2). Et enfin, la dernière chose à prendre en compte, c’est que l’identification du chien est obligatoire pour voyager (ce qui signifie qu’un vétérinaire doit l’avoir identifié avec une puce électronique ou avec un tatouage).

Préparer sa valise

Qui dit voyage, dit aussi valise. Il y a tout un tas de petites choses à embarquer avec soi lorsque l’on voyage avec son chien. Et comme j’ai toujours peur d’oublier quelque chose (enfin, disons plutôt que j’adore rédiger des listes pour absolument tout et n’importe quoi), j’ai dressé l’inventaire de tout ce que devait contenir la valise de Peanut pour notre voyage (et j’ai essayé de la rendre plus générale pour pouvoir l’ajouter à cet article).

  • Pour l’administratif : le carnet de santé et le passeport du chien. C’est définitivement le plus important parce que c’est obligatoire pour voyager avec son compagnon à quatre pattes. Et contrairement au reste de cette longue liste, ça ne peut pas être racheter sur la route des vacances. 
  • Pour manger et boire : ses croquettes et friandises habituelles, une gourde (pour les  balades et randonnées) et des gamelles.
  • Pour dormir : son panier (ou au moins un plaid, un coussin ou un tapis avec son odeur pour que ce soit plus confortable pour lui). Et en fonction de la destination, de la saison et du chien, une couverture supplémentaire pour ne pas avoir trop froid ou un tapis rafraichissant pour ne pas avoir trop chaud (même si honnêtement un essuie humide peut tout aussi bien faire l’affaire).
  • Pour se promener : une longe, un harnais, un collier, une médaille et des petits sachets pour ramasser les crottes. Personnellement, j’ai également ajouté une muselière (juste au cas où elle serait obligatoire quelque part) et le GPS de Peanut avec son chargeur (j’utilise le GPS pour chien de la marque Tractive depuis plus d’un an et c’est un achat que je ne regrette absolument pas).
  • Pour partir à l’aventure : un gilet de sauvetage, des chaussons, des essuies en micro-fibre, un shampoing, une brosse ou un peigne, des lingettes nettoyantes pour chiens… Les petits accessoires supplémentaires vont surtout dépendre des activités prévues pour les vacances. 
  • Pour voyager : une cage de transport et/ou une ceinture de sécurité pour chien (pour les trajets en voiture)
  • Pour jouer : quelques jouets pour s’amuser pendant les vacances (personnellement, j’ai opté pour un frisbee et une peluche).
  • Pour soigner : une trousse de secours avec au minimum une pince anti-tique, de l’eau stérile, un baume pour les pattes, une crème solaire et le numéro de la clinique vétérinaire la plus proche (parce qu’il vaut mieux être préparé en cas d’urgence).

Sur la route des vacances

Je ne vais parler ici que des voyages en voiture puisque c’était notre seul et unique moyen de transport pour les vacances (mais je pense que mes conseils peuvent tout à fait s’appliquer aux voyages en train, en autocar et en bus).

Mon tout premier conseil, c’est de prendre le temps de s’arrêter pour faire des pauses pendant le trajet (même si ce n’est que quelques minutes à chaque fois). C’est conseillé pour les humains et c’est aussi le cas pour les chiens. Il est important de prendre quelques minutes pour boire, faire une petite pause pipi et se dégourdir les pattes (attention tout de même au bitume qui peut rapidement bruler les coussinets, il vaut mieux toujours marcher sur l’herbe d’une aire d’autoroute que sur le parking lui-même). Et évidemment, si des petites courses doivent être faites pendant cette pause, il ne faut surtout pas laisser le chien seul dans la voiture (même pour quelques minutes, même si elle n’est pas stationnée en plein soleil).

Mon deuxième conseil, c’est d’essayer de rendre le trajet le moins pénible possible (surtout si le chien supporte mal les voyages en voiture). Et pour cela, j’ai quelques petites astuces : installer confortablement son compagnon à quatre pattes (en ajoutant un jouet, un plaid ou un coussin avec son odeur), aérer la voiture, éviter de mettre le chauffage ou encore demander à son vétérinaire de prescrire des médicaments pour le mal des transports…

Une fois arrivé à destination

Le dernier point que je souhaite aborder dans cet article, c’est la liste de toutes les petites choses à mettre en place une fois arrivé à destination.

Aménager son logement

Premièrement, le logement. Quand on arrive dans un nouvel environnement, l’idéal c’est de laisser le chien le découvrir à son rythme (personnellement, c’est toujours comme ça que je fonctionne avec Peanut lorsque je vais quelque part avec elle pour la toute première fois). Si le chien reste dans un coin sans bouger, il est préférable de ne pas le brusquer et le laisser tranquille. Et si il fait le tour de toutes les pièces (comme c’est souvent le cas pour Peanut), il est préférable de le laisser faire et de simplement garder un oeil sur lui pendant qu’il renifle et découvre toutes les odeurs. Je pense également que lui préparer un petit coin avec son panier, quelques jouets et ses gamelles peut l’aider à se sentir plus à l’aise dans ce nouvel environnement (cela lui permettra de retrouver une odeur qu’il connait parmi toutes les nouvelles qu’il découvre).

Organiser ses activités

Et deuxièmement, les activités. Je sais qu’il vaut mieux préparer tout cela avant le jour du départ parce que ça permet d’éviter certains imprévus et certaines mauvaises surprises, mais je fais partie de ceux qui préfèrent planifier leurs vacances au jour le jour en fonction de leur humeur (et honnêtement, c’est uniquement pour ça que je pars du principe que tout cela se fait une fois arrivée à destination).

Avant de se rendre sur un lieu touristique, un parc, une plage ou un parcours de randonnée, il est préférable de vérifier que l’endroit est autorisé (et accessible) aux chiens. Pour des raisons évidentes de sécurité, il est également important de faire attention aux restrictions et aux avertissements liés à l’environnement (la liste des dangers potentiels est trop longue pour ne pas y prêter attention : présence d’animaux sauvages ou de bétails, de chasseurs, de clôtures électriques, de gouffre et de précipices, de chenilles processionnaires ou encore de cyanobacteries dans les lieux où il y a des points d’eau). Je conseille également de toujours demander aux restaurateurs si il est possible de se rendre sur place avec un chien (parce qu’il ne faut pas oublier qu’ils ne sont absolument pas obligés d’accepter nos compagnons à quatre pattes dans leurs établissements). Et enfin, il ne faut pas oublier de prendre en compte la météo lorsque l’on organise son planning de vacances (parce que les chiens sont tout aussi sensibles à la chaleur et au froid que les humains et au-delà d’être inconfortable pour eux, cela peut aussi être très dangereux).

Après plusieurs heures de rédaction (et plusieurs jours de recherches et d’investigations sur le web), je pense que j’ai réussi à penser à tout et que je n’ai rien oublié d’important (ou du moins, rien de trop important) ! Mon article me semble enfin suffisamment complet pour être publié sur le blog (et honnêtement, ça tombe plutôt bien parce que je reprends le travail demain matin).

1

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laisser un commentaire