DOG MOM LIFESTYLE

Les 10 meilleures bêtises de Peanut

6 octobre 2022

 

Il y a quelques jours, je fermais à clef la porte de mon appartement pour la dernière fois. C’était mon tout premier appartement, mon tout premier chez moi. C’était l’endroit où, il y a un peu plus de trois ans, tout avait commencé pour Peanut et moi. Le lieu où je l’ai vue grandir, jouer et faire des bêtises, beaucoup (trop) de bêtises… En fermant cette porte pour la dernière fois, j’ai eu peur de laisser derrière moi mes souvenirs. J’ai eu peur de les voir s’effacer les uns après les autres sans que je ne puisse rien faire pour que ça s’arrête. Alors, sans doute par peur de les oublier, j’ai commencé à lister toutes les bêtises que Peanut avait inventé au fil des années (et c’est comme ça que j’ai commencé à rédiger cet article sans même le réaliser).

1.

Il y a un peu plus de deux ans, Peanut est restée bloquée dans le trou qu’elle avait creusé au fond de son panier (et comme elle n’arrivait pas à sortir de là, elle tournait sur elle-même comme une folle avec le panier autour de la taille en guise de hula hoop).

2.

Quand Peanut était toute petite, elle mâchouillait les poignées des tiroirs de mon lit pour m’obliger à me réveiller. 

3.

Un jour, Peanut s’est enfuie pour faire le tour du pâté de maison. Elle n’est restée dehors qu’une quinzaine de minutes et était poursuivie par sa marraine tout au long de sa fugue (et heureusement, c’était dans un quartier relativement calme puisque nous étions chez les parents de mon amoureux à ce moment-là), mais j’ai eu tellement peur que j’ai instauré de nouvelles règles de sécurité dans une maison qui n’est même pas la mienne, installer une barrière pour bébé à l’entrée et acheté un petit boitier GPS que Peanut porte toujours autour du cou (non, je ne suis absolument pas une drama queen).

4.

Quand Peanut était toute petite, je retrouvais toujours mon appartement sens dessus dessous après une absence (à l’époque, elle supportait mal la solitude et faisait souvent de l’anxiété de séparation). J’avais parfois l’impression qu’une tornade était entrée dans mon appartement pour essayer de tout détruire sur son passage (d’ailleurs, je me demande toujours comment un chiot de quelques kilos peut éventrer dix peluches, déplacer un canapé, ouvrir une armoire, grignoter du bois et faire un trou dans un couvre-lit en moins de deux heures).

5.

Il y a (plus ou moins) deux ans, j’ai surpris Peanut complètement trempée qui sortait de la douche en rentrant dans mon appartement (et encore aujourd’hui, je n’ai absolument aucune idée de comment, de pourquoi et de combien de temps elle est restée sous la douche pendant mon absence)

6.

Un jour, quand Peanut était toute petite, son cousin Sam a aboyé tellement fort qu’elle s’est faite pipi dessus.

7.

Cette semaine, Peanut a commis son premier vole de nourriture (mais je ne peux pas lui en vouloir parce que c’était une de ses friandises). Comme je savais je pensais que Peanut n’était pas une voleuse (jusqu’à maintenant, elle a toujours préféré mendier que voler parce que c’est tout aussi efficace), j’ai quitté la chambre quelques minutes en laissant une friandise sur la table (en étant convaincue qu’elle serait toujours là mon retour). Mais Peanut, contrairement à ce que j’avais imaginé, s’est empressée de voler la friandise avant de se remettre exactement dans la même position pour que je ne soupçonne pas son crime (ce qui a plutôt bien fonctionné puisque je l’ai félicitée de ne pas avoir mangé la friandise avant de me rendre compte qu’elle l’avait mangée).

8.

Quand il fait sombre, Peanut aboie et grogne sur des objets inanimés (je précise que ce sont généralement des objets qu’elle a déjà croisés lors de nos promenades en journée et auxquels elle n’avait jamais prêté attention). Comme je n’ai jamais trouvé d’explication à ce comportement (et parce que ça me fait beaucoup rire, soyons honnêtes), j’ai commencé à lister les objets sur lesquels elle s’énerve lorsque l’on se promène le soir : boites aux lettres, décorations de jardin, buissons, sacs à poubelles, voitures, poteaux de signalisation, scooters, branches d’arbre…

9.

Il y a quelques mois, j’ai retrouvé Peanut cachée à l’intérieur de mon dressing (et je ne sais toujours pas aujourd’hui comment elle s’est retrouvée là-dedans). Le plus drôle dans cette histoire, c’est que cette friponne a attendu que j’ouvre la porte de mon armoire pour me sauter dans les bras et en sortir (alors qu’avant ça, j’avais passé plusieurs minutes à tourner en rond dans l’appartement en l’appelant sans qu’elle ne fasse de bruit).

10.

Évidemment, je ne peux pas parler des bêtises de Peanut sans mentionner les centaines de roulades dans les cacas de chats, de chèvres, de moutons ou encore de vaches lors de nos promenades à la campagne (c’est toujours un vrai moment de plaisir pour mes narines)

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laisser un commentaire